Raisons

La question méta-éthique : autour de l’œuvre de John Skorupski
Auteur(s): 
Jean-Maurice Monnoyer et Bruno Langlet (dir.)
Date de parution: 
2020 trimestre 1
Résumé: 

Quelle est la nature de ce que nous tenons pour des raisons de croire, de sentir, ou d’agir ? Ces raisons se caractérisent par leur normativité implicite qui fait qu’elles nous apparaissent comme ce qu’il faut croire, sentir, ou faire. Malgré leur omniprésence dans notre existence, savoir ce que sont ces raisons ne va pas de soi : la question de leur nature n’est pas indépendante de l’épistémologie que nous avons, c’est-à-dire de la connaissance que nous en prenons. Si elles consistent dans des faits, ces derniers ne sont pas du même type que ceux du monde matériel : en ce sens, les raisons ne feraient pas partie du réel, bien qu’étant objectives et susceptibles d’être connues ; les jugements qui les impliquent seraient vrais ou faux. Cette thèse dite de « l’irréalisme cognitif » est celle de John Skorupski, l’auteur du monumental Domain of Reasons (Oxford, 2010), et d’autres contributions qui, dans le présent volume, en précisent les thèses. à la différence de Derek Parfit, skorupski développe l’argument original des « relations de raison ». Sans s’écarter de leur réalité intersubjective, il discute à ce propos de l’ontologie des raisons fondée sur la spontanéité de l’agent moral. Les textes de Pascal Engel, Isabelle Pariente-butterlin et Davide Fassio interrogent à leur tour l’épistémologie des normes. Tout revient à savoir s’il y a une unité des raisons ou s’il faut tracer une distinction forte entre les raisons « pratiques » et les raisons « théoriques ». Les raisons peuvent-elles ne pas dépendre de l’esprit et consister dans des faits ou des énoncés doués de sens – qu’est-ce que cela implique en pareil cas ? Si elles ne sont pas actuellement connues ou disponibles, le problème est de dire en quoi on peut encore les tenir pour des raisons. Se pose aussi le cas du statut des raisons que l’on n’a pas suivies, mais qu’on aurait « dû » suivre, puisqu’il n’est pas évident de concilier leur « contrefactualité » éventuelle avec ce caractère épistémiquement partageable, pourtant essentiel à leur statut. Une large place est faite dans ce livre aux théories méta-éthiques autour des travaux de John Skorupski, retenant certains aspects de la pensée kantienne, tout en effectuant un retour aux arguments qui attestent de ce statut cognitif mais également objectif des raisons.

ISBN: 
9782731411621
Nombre de pages: 
176
15,00 €